LES ACTIONS CULTURELLES

ATELIER THÉÂTRE DU MARDI

Séances hebdomadaires adulte au Théâtre d'Arras, d'octobre à juin.


La Cie AVEC VUE SUR LA MER propose un atelier hebdomadaire durant l’année scolaire, accueilli au Théâtre d’Arras ; l’occasion de se confronter aux arts de la scène dans un équipement culturel plein de charme.

Découverte, exploration, développement…

Le corps et la voix, l’espace et le temps. Exercices, jeux dramatiques, approche d’un personnage, élaboration d’une scène…

Autant de champs d’investigation à défricher, avec Isabelle Carré-Legrand, comédienne professionnelle, tant pour les débutants que pour les comédiens en herbe, ou simplement pour les amateurs, curieux de découvrir les arts de la scène.


ACTION CULTURELLE à DESTINATION DES COLLèGES ET LYCéES

PHILOSOPHES A L'ENCAN

première amorce de la philo en collège/lycée

En collaboration avec l’équipe pédagogique du Collège Péguy (Arras) et hors l'atelier Drac hebdomadaire, Stéphane Verrue a décidé de mettre en chantier un projet mêlant théâtre et philosophie.

 



ATELIERS EN MILIEU SCOLAIRE

Depuis plusieurs années, la compagnie a noué un partenariat avec le Lycée Guy Mollet et avec le Collège Charles Péguy, dans le cadre des ateliers théâtre de ces deux établissements d'Arras .

Egalement depuis quelques années, la Cie accompagne le Projet THEA de l'OCCE (Office central de la coopération à l'école) à destination des écoles élémentaires du Pas de Calais.

 Stéphane Verrue intervient à l'université d'Artois / Arras, chaque année, en UFR Arts du spectacle.


HISTORIQUE DES PROJETS

FILM PARTICIPATIF à Saint-Nicolas-Lez-Arras

ou quand Saint-Nicolas se réinvente

 

FILM PARTICIPATIF ! réalisation 2013-2014

dont les habitants sont les héros, dont le quartier est le décor,

dont le scènario s'écrit à leur contact...

Durée du film : 50 minutes environ.

Réalisation Catherine Lefebvre.

Scénario Catherine Lefebvre et Stéphane Verrue.

 

Action culturelle commandée par la Ville de Saint-Nicolas-lez-Arras et le Centre social Chanteclair.

DVD DISPONIBLE SUR SIMPLE DEMANDE

 



LES TABLEAUX QUI PARLENT

projet A.R.T.S 2011

Projet «ARTISTICO-PEDAGOGIQUE »

En partenariat avec : Le Pharos, pôle culturel Arras-Ouest, L'Inspection de l'Education nationale, Ecole élémentaire Molière, Ecole élémentaire La Fontaine, Collège Péguy

Avec l’aide de La DRAC Nord-Pas de Calais (Action culturelle) et la Mairie d'Arras.

72 séances réparties, près de 100 élèves du CE1 à la 5ème : un projet qui mêla culture et éducation, dans le quartier Arras-Ouest.

Petits rappels extraits de « Actualité pédagogique – Education artistique et culturelle » (Ministère de l’Education nationale) :

« L’histoire des arts est devenue un enseignement à part entière à l’école primaire depuis la rentrée 2008 et au collège depuis la rentrée 2009. L’objectif est de donner aux élèves une meilleure ouverture sur le monde dans lequel ils vivent ».

(…)

« L’éducation artistique et culturelle privilégie le contact avec les œuvres, les artistes et les institutions culturelles ».

 

Point de départ du projet :

Beaucoup de rues d’un quartier d’Arras (les Hauts Blancs Monts/La Cité des Hochettes) portent des noms de peintres, de Le Brun à Picasso, en passant par Ingres ou encore Renoir (des maîtres anciens à l’art abstrait en passant par l’impressionnisme, donc).

J’ai 10 ans, j’ai 15 ans, j’habite rue Nattier, ou rue Boucher. Qui sont-ils ces deux-là ? Et les autres ? Fragonard, Hoffbauer, Lurçat ?…

Partir d’un nom utilisé presque chaque jour et dont on ne sait rien (ou pas grand chose) et à partir de ce nom, découvrir des images, des époques et, pourquoi pas, imaginer des histoires…

Et si les personnages (ou les « figures ») de certains tableaux de ces grands maîtres se mettaient à parler ?…

 

De quoi s’agit-il ?

En partenariat avec des établissements scolaires et des enseignants, en faisant intervenir un(e) plasticien(ne) ou un(e) spécialiste de l’histoire de l’art, et en travaillant avec une équipe théâtrale, il s’agirait de travailler avec des groupes d’élèves selon le processus suivant :

Phase 1 : Découvrir des peintres (les situer succinctement dans leur époque, parler des courants artistiques etc…) et aller les voir dans les musées de la région.

Phase 2 : Choisir des tableaux de ces peintres figurant des « scènes » ou (au moins !) un personnage.

Phase 3 : Analyser ces tableaux (ce qu’ils évoquent, racontent, et comment ?).

Phase 4 : Ecrire des saynètes (dialogues ou monologues adressés) mettant en jeu, en situation, les personnages représentés.

Phase 5 : Représenter publiquement le travail (avec projection des tableaux bien entendu et lecture « théâtralisée » des textes).

 

Nos priorités, nos envies, notre philosophie.

Le croisement équipe pédagogique/équipe artistique est souvent l’occasion de faire advenir des événements inattendus et très enrichissants pour la population scolaire. Nous avons pu à maintes fois le vérifier.

L’objectif d’un tel projet n’est pas directement quantifiable au plan pédagogique mais il est destiné à ouvrir des portes, à développer des imaginaires, à décomplexer des comportements, à attiser des curiosités et à participer à la construction de futurs adultes.

Un maître mot pourrait être fantaisie.

Sans être à tout prix iconoclaste, il nous semble très pertinent d’amener les élèves à « désacraliser » certaines œuvres (moyen ludique de se les approprier).

Exemple 1 : et si, dans La malédiction paternelle de Greuze, on remplace le manteau jeté en l’air par un ballon, quelle histoire peut-on raconter ?

Exemple 2 : comment faire parler La femme à la guitare très cubiste de Braque ?

Exemple 3 : que peuvent bien « penser » les deux personnages de L’Angélus de Millet ?