à la UNE

Restitutions et éducation populaire

Juin, c’est traditionnellement la période des restitutions d’ateliers. Elles battent leur plein cet année encore. Lycées Guy Mollet et Le Caron, collège Mitterrand et Péguy (Arras), fin du dispositif Arts de la Scène au Collège (portés par la Ligue de l’Enseignement et le Conseil Départemental) avec un regroupement de 7 collèges du Montreuillois/Ternois au Théâtre Élisabéthain du Château d’Hardelot… Vive l’éducation populaire, vive l’épanouissement des générations grâce à la pratique théâtrale ! Notre participation à ce dispositif concernait le collège des 7 vallées (Hesdin) avec nos chers Philosophes à l’encan (toujours incarnés par Franckie Defonte, reprise de mise en scène par Mélissandre Fortumeau). 

Dans leurs discours respectifs, Blandine Drain, Vice-Présidente Education du Conseil Départemental, et Daniel Boys, Président de la Ligue de l’Enseignement du Pas de Calais, n’ont pas manqué de souligner la pertinence de notre démarche. Et dire que l’enseignement artistique dans l’Education Nationale est à nouveau menacé !

 

N’oublions pas notre Atelier Adultes, toujours dirigé par Isabelle Carré-Legrand, qui clôturera cette période de restitutions le 28 juin au Théâtre d’Arras ! 


Bande de belges !

Mais revenons un peu sur notre dernière création, Bande de Belges ! D’abord, disons-le tout de suite, le public fut au rendez-vous. 224 entrées pour… 200 places ! Preuve que nous avons un public, preuve que les passionné.e.s qui fréquentent nos ateliers sont curieux de nous voir sur scène, preuve aussi que des auteurs inconnus ne rebutent pas le public. Ils attisent même la curiosité ! De plus, soyons immodestes, l’accueil qui nous fut réservé fut extrêmement chaleureux (tant à Carvin qu’à Arras d’ailleurs). Nous avons reçu de très beaux témoignages, par mél ou via les réseaux sociaux (notamment de la part de Nadia Paschetto et Yannic Mancel, mais aussi d’anonymes enthousiastes).

 

Enfin, nous avons eu les honneurs de la presse (Liberté Hebdo, Arras Actu et La Gazette du Pas de Calais). Trois très beaux articles remplis de sagacité et de pertinence ! L’ombre au tableau est toujours la même : peu de programmateurs se sont déplacés (4 au total !).

Cela dit, des pistes existent : Marquise, Grenay, Avion, Lys-lez-Lannoy… Et nous envisageons une reprise à Arras dans cet Espace Saint Eloi, modeste mais chaleureux, là même où nous avons créé le spectacle. Nous aimons beaucoup ce bric-à-brac, le public aussi, alors…

Avignon

Après cela, nous retournerons à Avignon pour une 3° série du Discours de la Servitude Volontaire d’Étienne de La Boétie, toujours avec François Clavier bien entendu. Le Théâtre de la Bourse du Travail CGT nous a sélectionnés (parmi plus de 85 dossiers). Ce lieu est marqué par l’esprit de Jean Vilar, l’éthique de l’équipe est exemplaire, enfin la salle est très bien située et bien repérée. Quant au texte de La Boétie, depuis quelques mois (gilets jaunes, Algérie, Soudan,…) il résonne toujours et encore,… tant et plus !... N’est-ce pas ? Urgent penser !


Retraite ?

Je vais bientôt avoir 65 ans. Je pratique mon métier depuis 45 ans et je dirige la Cie Avec vue sur la mer depuis une trentaine d’années… Quand on est metteur en scène, le mot « retraite » n’a pas grand sens. Il y a une bonne dose de passion là-dedans, on en conviendra. Pour ce qui est de la direction d’une compagnie, c’est un peu différent. Depuis de longs mois déjà, je réfléchis à l’avenir d’Avec vue sur la mer. Disparition pure et simple ? ou… passage de relais ? Un travail a été mené au cours de longues années, des liens ont été tissés, avec le public mais aussi avec des établissements scolaires et d’autres associations arrageoises. Par ailleurs, au fil de discussions avec des gens concernés par la vie culturelle locale (et notamment avec l’adjoint à la culture de la Ville, Alexandre Malfait), il est apparu que l’action menée devait perdurer. Ne pas mettre la clé sous la porte mais bien passer le relais ! L’aventure de Bande de Belges ! m’a confirmé le dynamisme et le talent d’une équipe arrageoise jeune qui partage les mêmes valeurs que la Cie (notamment pour ce qui est de l’implication dans l’éducation populaire). Nous avons échangé sur l’avenir de la Cie et ils m’ont vite laissé entendre que le défi les motivait énormément. Voilà donc LA solution ! 

D’ici quelques mois, Mélissandre Fortumeau, Franckie Defonte (voire Clément Bailleul, technicien zélé) prendront les rênes d’Avec vue sur la mer. Je resterai actif (en tant que metteur en scène et conseiller artistique) mais c’est eux qui définiront les grands axes de travail à développer. Dans ce cas de figure, nous avons la chance d’échapper aux appels à candidatures "officiels", comme c’est le cas pour les Centre Dramatiques Nationaux par exemple.

Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur des "histoires humaines" et c’est tant mieux ! Max Gaillard m’avait fait rencontrer Franckie Defonte qui m’a fait rencontrer Mélissandre Fortumeau qui m’a fait rencontrer Clément Bailleul. Une belle histoire et, comme me le disait fort justement Max Gaillard (à qui j’ai parlé du projet) : "n n’aura pas travaillé pour rien". 


L'Avenir, Donc !

Une nouvelle création se profile à l’horizon 2020 : Les contes pour enfants pas sages du grand (de l’immense !) Jacques Prévert. Nous y reviendrons à l’automne. Mais dès maintenant, des chantiers sont à développer. Il nous faudra bien sûr persuader les tutelles (Région, Département, Ville) de la pertinence de notre démarche. Ce ne sera pas forcément simple mais… soyons optimistes ! Nous souhaiterions proposer des ateliers dans les écoles élémentaires (Arras et au-delà), continuer nos partenariats avec collèges et lycées et faire perdurer notre atelier hebdomadaire adultes. 

Nous souhaiterions aussi faire de la salle Marcel Roger (de l’Hospice Saint-Eloi) un petit lieu alternatif avec des événements réguliers (petites formes, impromptus, lectures, concerts acoustiques, étapes de travail de création ouvertes au public,…). Un projet à élaborer bien sûr en partenariat et en bonne entente avec l’Office Culturel et avec le soutien, nous l’espérons, de la Ville. Comme vous le voyez, on ne chôme pas ! Comme vous le voyez aussi : voilà des perspectives très réjouissantes, n’est-ce pas ? Mais bon, nous retournons dare-dare à nos préparatifs festivalesques. Les premières réservations arrivent, ce qui est une bonne nouvelle ! Nous vous souhaitons à toutes et à tous un bel été avec de beaux moments d’émotions… théâtrales si possible ! Et… au plaisir de vous (re)croiser ! 

Stéphane Verrue


Pour en savoir plus sur les spectacles en tournée, c'est par ICI...

Pour connaître le calendrier de la compagnie, c'est par ...